I am not a thing | theunderargument.com

Je ne suis pas un objet

Par Ivvy

Je suis un.e artiste burlesque non binaire, poilu.e, souffrant de maladies chroniques et tatoué.e. Je ne suis pas une fille. Je ne suis pas une femme. Je ne suis pas un morceau de viande. Je ne suis pas ici pour être quelque chose de beau à regarder. Je ne suis pas un objet. Je suis sexy et sombre et doux.ce et gentil.le. Je suis un être humain.

Lire

My flawless imperfections are my identity | theunderargument.com

Mes imperfections sans défaut sont mon identité

Par Amira

J'ai réalisé très tôt que la couleur de ma peau, mes traits et mon corps n'étaient pas les standards de «beauté» que quiconque trouverait attirant en étant né dans la société occidentale.

Lire

The power of knowing who you are | theunderargument.com

Le pouvoir de l’identité

Par Kate

L'ethnicité n’était pas discutée à la maison, ce qui d’une part semble merveilleux et idyllique, d’autre part, m'a empêché de vraiment comprendre qui j’étais, ce qui me rendait différente et aussi faisait ma force. Je ne savais pas que mon expérience serait différente de celle des enfants de mon age. Pour cette raison, je n'avais pas développé la rage au ventre qu'il faut avoir pour promouvoir le changement et l'inclusion. Enfin, jusqu'à depuis peu !

Lire

I am not a mix, I am my own person | theunderargument.com

Je ne suis pas un mélange, je suis ma propre personne

Par Pauline

Mon identité a toujours été coincée entre les extrémités de différents spectres. Je suis bisexuelle, femme et métisse. La façon dont je me présente comme une femme queer multiraciale n'a jamais vraiment été acceptée dans les communautés dont je fais partie. Jamais assez queer, jamais assez blanche, jamais assez noire, jamais assez masculine pour correspondre au stéréotype de la femme qui aime les femmes.

Lire

It's just a body | theunderargument.com

Ceci n'est qu'un corps

Par Dorothy

J'ai longtemps lutté avec mon image, principalement parce que je n'ai jamais eu l'impression de vraiment l'habiter. Quand les gens faisaient des commentaires sur mon apparence physique, je ne comprenais pas. J'avais l'impression d'être détachée de moi-même. Surtout entre l'age de 15 à 19 ans. J'ai vraiment eu du mal à voir mon corps, je n'avais pas de relation avec lui.

Lire

Crohns Disease: Surgery can mean a better life | theunderargument.com

La maladie de Crohn : La chirurgie peut signifier une vie meilleure

Par Amy

Toute personne atteinte de la maladie de Crohn a une histoire à raconter. La maladie a eu une emprise assez forte sur moi jusqu'à mes 30 ans et était un problème privé. Je suis une femme, et aussi faux que cela ait pu être, j’avais l’impression que parler de mes problèmes me rendait moins femme. Tout devait être planifié, même face à une assiette de nourriture. J'étais en proie à la faim et à la peur. La douleur et l’embarras encourus en continuant ainsi, c’était trop grave pour ne pas y penser à deux fois. 

Lire

Detaching from stereotypes | theunderargument.com

Se détacher des stéréotypes

Par Chloé

Je me suis éloignée de l'Italie pour ne pas avoir à entrer dans une boîte (patriarcale et stéréotypée) qui a été construite autour de moi par l'Église et par la peur des hommes de perdre leur pouvoir. La peur de l'étranger, des mentalités différentes, des grosses dames, des sexualités non binaires et de l’émancipation des minorités.⠀

Lire

Genderism has no place nowadays | theunderargument.com

Le sexisme n'a plus sa place aujourd'hui

Par Roisin

Je travaille dans un secteur qui rapporte et je suis tout à fait consciente que c’est moi qui « ramènerai l’argent à la maison », bien que je ne sois pas un homme. Et c'est très bien comme ça. Et je pense que les femmes devraient être à l'aise avec le fait que ce soit bien. Nous sommes presque en 2020, et j'ai l'impression que suivre les rôles traditionnels hommes/femmes ne fait que restreindre notre potentiel.

Lire

This is almost 50 | theunderargument.com

À presque 50 ans

Par Jacqueline

Je suppose que je cherchais les ennuis. Avec ces membres blancs comme des cygnes, ces cheveux longs et roux... En début de soirée, au lendemain d'un combat sectaire, les rues de Glasgow ne sont pas le genre d'endroit dans lequel faire un footing en shorts et en petit haut.

Lire

I just want to write | theunderargument.com

Je veux juste écrire

Par Rachel Delahay

Mon travail est condamné par la couleur de ma peau, le son de ma voix, mon histoire. Si je dévie, cela devient faux. C’est cette accusation silencieuse d’inauthenticité dont je dois me protéger. 

Lire